jeudi 3 mars 2011

Les fantômes n'existent pas !

...et un jour, tu ouvris les yeux, avant la lueur de l'aube, et ton rêve t'avait montré sa face cachée, son coeur de pierre, et ce visage monstrueux, déformé par l'orgueil, l'aridité de son âme... Tu sus ce jour-là que plus jamais il ne reviendrait te hanter, qu'il était mort, parce qu'à le voir enfin, tel qu'il est, il s'était instantannément désintégré, et ton coeur, spontanément, renaquit de ses cendres.
Posté par siempreCHA à 03:37:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 17 janvier 2010

Quito... et les films qui font pleurer.

Aucun rapport avec Quito, mais parmis les films piqués sur le disque dur de Patrick que j’ai regardé, il y en a un qui s’appelle Defenetly, Maybe. Una pathétique romance à l’américaine : un gars divorce de sa femme et a la garde de sa fille deux fois par semaine, suite à un cours d’éducation sexuelle à l’école, sa fille lui demande de raconter sa rencontre avec sa mère, ce que le père accepte non sans une certaine réticence, et quand il se met à raconter, il le fait en forme d’énigme, évoquant toutes ses relations amoureuses avant... [Lire la suite]
Posté par siempreCHA à 13:56:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 31 mars 2009

Réflexion : l'Amour et l'Imagination par défaut.

Extrait d'une lettre écrite à un ami. Dans la suite du concept de sphère, et d'amour moteur de transcendement personnel, d'apprentissage spirituel. Pour ce qui est de l'amitié, je crois que les liens sont parfois surnaturels, et bien au-delà des différences culturelles, ce qui permet de les transcender, et précisément de s'ouvrir à d'autres sphères que celles que nous nous construisons par l'expérience, l'éducation, les valeurs, le milieu, la religion, les pratiques socio-culturelles, dans lesquelles nous grandissons. C'est la... [Lire la suite]
Posté par siempreCHA à 08:46:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 1 septembre 2008

L'amour en général et en particulier.

"Se encerraba en el baño a cualquier hora, sin necesidad, y volvìa a leer la carta tratando de descubrir un código secreto, una formula mágica escondida en alguna de las trescientas catorce letras de sus cincuenta y ocho palabras, con la esperanza de que dijeran más de lo que decían."(El Amor En Los Tiempos del Cólera, Gabriel García Márquez) "Elle s'enfermait dans les toilettes à n'importe qu'elle heure, sans raison, et relisait la lettre, essayant d'y découvrir un code secret, une formule magique qui aurait été... [Lire la suite]
Posté par siempreCHA à 17:12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 28 août 2008

N'est-ce pas merveilleux ?

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 3.0cm 70.85pt 3.0cm; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> No te... [Lire la suite]
Posté par siempreCHA à 22:09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,