Encore quelques expressions qui font mon quotidien depuis que je suis ici en Colombie, et qui sont bien révélatrice de la mentalité...

Bien pueda. - Aucune traduction possible en français. Qui a dit que le fair-play était anglais, et que le savoir vivre français était excessif en formules ampoulées ?! Les colombiens les surpassent ! "Bien pueda", c'est un peu le "Je vous en prie." sauf qu'aujourd'hui en France, plus personne ne dit "Je vous en prie", et qu'ici en Colombie, tout le monde utilise "Bien pueda". souvent utilisé pour dire "Entrez!".

¡Con mucho gusto! / Para servirle. / ¡A la orden! - Dans mon ordre de préférence (de ma préférée à ma détestée) : "Avec beaucoup de plaisir", "Pour vous servir", "A vos ordres"... Les trois expression presqu'en tête de file des plus répétées par les colombiens, surtout quand vous êtes étranger, touriste, gringo... et que vous fréquentez les taxis. Nous, pour rigoler, on se le dit tout le temps entre nous, et de préférence en cumulant les trois, c'est plus drôle.

¿Me regalas un cafesito? - Littéralement cela se traduit par : "Tu m'offres un café ?"... et non, cela ne se dit pas à son ami, par qui on essaye de se faire offrir un café en terrasse, mais bien au serveur de la terrasse... qui, si la scène ne se déroule pas en Colombie, risque de répondre : "Que! Regalarle un cafesito ? El cafe se paga, señor! No esta gratuito!" (Quoi ! Vous offrir un café ? Le café se paye, Monsieur ! Il n'est pas gratuit !). Une faon de demander sans avoir l'air de demander... encore une formule hyper trop polie... sans compter le diminutif systématique, qui essaye de diminuer l'impact de la demande... Ici, tout est petit : "le café (cafesito), l'eau (aguita), le pain (pansito)",...

¿Como le puedo colaborar? - La question qui agace, quand vous allez à La 14 (La Quatorce) le grand supermarché local du coin), et qu'en plus du fait que les rayons ne suivent tout simplement aucune organisation rationnelle (il ne s'agit même pas de stratégie commerciale pour vous faire consommer à ce niveau, car vous pouvez trouvez le même produit en trois endroits différents du magasin, et aucun emplacement qui soit justifié par un regroupement thématique)... et que dans chaque allée, devant chaque produit, une jeune fille très apprêtée et bien poudrée, wonderbra en position d'attaque, vous demande la sempiternelle
"Como le puedo collaborar?" (Comment puis-je vous aider?)... alors qu'un supermarché, le principe, c'est "self service". Je sais bien que tous ces petits emplois font vivre les colombiens et limitent les ravages du chômage, mais bon... Résultat : on est jamais retourné à La 14, sauf pour la papeterie, car on y trouve des trucs qu'on ne trouve nullepart ailleurs, et qu'aucune vendeuse ne traîne dans tout l'étage de la papeterie (le supermarché s'étend sur cinq ou six étages).

La suite au prochain numéro (Quand y'en a plus, y'en a encore !)

Voili, voilou.